• A+

  • A

  • A-

Face à un constat alarmant autour du changement climatique et aux graves conséquences qui en découlent, la France comme de très nombreux pays a entamé sa transition énergétique qui s’inscrit dans un contexte global de prise de conscience environnementale.

L’approche visant à limiter ce changement climatique et particulièrement l’augmentation de la température consiste notamment à abandonner progressivement les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables dont l’énergie éolienne.

La France, un pays dans le vent

La France dispose de la 2ème ressource de vent d’Europe faisant de l’énergie éolienne une réelle opportunité écologique et énergétique pour notre pays.

Fin 2019, avec 16.5GW installés, l’énergie éolienne a permis de couvrir 7.2% de la consommation nationale d’électricité.

Avec 34.1TWh produits en 2019, si l’énergie éolienne était destinée uniquement à l’alimentation des foyers français, elle permettrait d’alimenter environ 16 millions de personnes soit 20% de la population française.

L’engagement de la France en matière de transition énergétique se traduit notamment par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) qui fixe la stratégie et la politique énergétique de notre pays pour les prochaines années.

https://www.ecologie.gouv.fr/programmations-pluriannuelles-lenergie-ppe

La PPE prévoit pour l’éolien de doubler la puissance installée d’ici à 2028. Cet objectif pourra être atteint en développant et en construisant de nouveaux projets sur des sites actuellement vierges d’éoliennes mais également en utilisant des sites déjà équipés et en renouvelant les parcs existants anciens.

Selon la PPE, « le développement de l’éolien se fera en partie par des rénovations de parcs existants arrivant en fin de vie, ce qui permet d’augmenter l’énergie produite tout en conservant un nombre de mats identique ou inférieur. Au total, le passage de 15 GW en 2018 à 33,2 GW en 2028 conduira à faire passer le parc éolien de 8 000 mâts fin 2018 à environ 14 500 en 2028, soit une augmentation de 6 500 mâts. »

 

L’énergie éolienne au cœur de la transition énergétique

Le principe de fonctionnement d’une éolienne est relativement simple et ne génère pas d’impact significatif sur l’environnement.

Un parc éolien est une installation totalement réversible et en très grande partie recyclable qui pendant son exploitation n’aura produit ni rejet, ni émission de gaz, ni déchet toxique ou dangereux, ce qui facilite son démantèlement et la remise en état du site concerné.

L’exploitant d’un parc éolien est réglementairement tenu au démantèlement, à la remise en état et au recyclage de son parc éolien et notamment à l’excavation de la totalité des fondations des éoliennes.

Soumis à un système tarifaire par appel d’offre, l’énergie éolienne propose des tarifs de rachat de l’électricité en baisse. Lors du dernier appel d’offre (6ème période du 1er juin 2020 au 1er juillet 2020), la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a décidé de retenir les projets éoliens sur la base d’un prix moyen de moins de 60€/MWh alors qu’initialement pour soutenir la création de la filière éolienne, ce prix était aux alentours de 80€/MWh, ce qui signifie que l’énergie éolienne est de plus en plus compétitive.

Outre la production d’électricité, l’énergie éolienne permet la création d’emplois, environ 20 000 aujourd’hui dans le développement, la construction et l’exploitation et la maintenance auxquels vont s’ajouter la création d’emplois nouveaux autour du recyclage des premiers parcs éoliens.

L’énergie éolienne permet aussi de générer des retombées financières sur les territoires d’implantation.

Les recettes fiscales sont évaluées entre 10 et 12 000€/MW de puissance installée réparties entre la Région, le Département, l’Intercommunalité ainsi que les communes. Ainsi un parc éolien de 6 éoliennes de 3MW génère environ 200 000€ de fiscalité. Environ 70% de la fiscalité revient à l’intercommunalité et aux communes d’implantation. Ces dernières bénéficient avec la loi de finances 2019 de la possibilité de percevoir 20% de l’Impôt Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux auquel sont assujettis les parcs éoliens, soit 20% de 7 650€/MW de la puissance installée. Ainsi, un parc éolien de 6 éoliennes de 3MW pourra générer près de 30 000€/an à la commune d’accueil du parc.

 

Le renouvellement (ou repowering)

Le renouvellement (ou repowering) consiste à remplacer tout ou partie d’un parc éolien existant par un nouveau parc éolien (généralement avec moins d’éoliennes) afin d’optimiser sa production d’électricité et améliorer son insertion environnementale et paysagère tout en préservant voire en augmentant les retombées financières sur son territoire d’implantation.